#VMworld 2011 [underground]. Quand la concurrence se paie la tête de VMware

VMworld n’est pas seulement une magnifique tribune pour VMware et ses partenaires, c’est aussi, et cela a toujours été, l’occasion pour ses plus rudes concurrents -à savoir Citrix et Microsoft- de se lâcher. On se souvient des t-shirts «Virtualization World Peace» ou des jetons de casinos distribués par Microsoft, pour clamer à tue tête que Hyper-V valait le détour. On se souvient de Simon Crosby, ex-CTO de Citrix, arpentant les allées de VMworld avec des tshirts souvent confectionnés pour l’occasion. 2011 ne déroge pas à la règle.

Citrix ouvre son cloud à VMware

Citrix a entre temps «perdu» Simon (devenu co-fondateur de Bromium ndlr), mais ne s’est pas démonté pour autant, cette fois avec une annonce sérieuse, mais très critique. L’éditeur a en effet profité de l’événement pour annoncer, à peine 50 jours après le rachat de Cloud.com, une mise à jour totalement ouverte de sa plateforme Cloud CloudStack. Particularité : il supporte désormais à la fois les hyperviseurs vSphere et Oracle VM. «Le Cloud est radicalement opposé aux datacenters d’entreprise actuels. Les plate-formes Cloud doivent donc être entièrement conçues depuis le sol jusqu’au plafond pour fournir un service multi-tier et multi-tenant. Cloud Stack répond à ces besoins, avec une plate-forme agnostique en matière d’hyperviseurs».Selon Citrix, Hyper-V sera supporté d’ici la fin de l’année.

Pire, Citrix n’hésite pas à en remettre une couche, en pointant du doigt la « vTax », terme inventé par les clients pour signifier leur mécontentement lors du changement de mode de licencing qui a accompagné l’annonce de vSphere 5 mi-Juillet. Alors que Paul Maritz, dans son keynote hier n’a même pas évoqué la question vTax-(et le revirement de licencing début Août), Citrix attaque directement, dans son communiqué avec un sous-titre «vTax break». «Cloudstack limite l’impact financier associé à la vTax. Puisque CloudStack peut supporter plusieurs hyperviseurs dans le même Cloud, les clients VMware peuvent ainsi mixer les technologies de virtualisation dans le même environnement Cloud et optimiser leurs coûts».

Microsoft se moque du Cloud à la mode VMware

De son côté, Microsoft, a mis en ligne il y a 3 jours une vidéo, qui se moque clairement de l’offre de VMware, «VMlimitée», en mettant en scène Tad, un vendeur ringard venu vendre du Cloud et s’y prenant comme un manche. «Don’t get stuck in the past. If you’re ready to move to a Cloud, try a private cloud solution from Microsoft» La vidéo se passe de tout commentaire…Jusqu’ici sur twitter ou sur la blogosphère, peu ont vraiment réagi.

ZDNet