Toshiba boucle enfin la vente de son activité mémoires

Le feuilleton de la vente des puces mémoires NAND de Toshiba s’achève enfin. Le groupe japonais a annoncé ce jeudi avoir signé le contrat de cession de sa filiale au consortium mené par le fonds américain Bain Capital, pour un montant évalué à environ 2.000 milliards de yens (soit 15 milliards d’euros) à une société appelée Pangea, spécialement créée par Bain Capital pour cette opération.

Ce consortium réunit, outre le fonds d’investissement, le fabricant de semi-conducteurs sud-coréen SK Hynix mais aussi Apple, Dell, Kingston, Hoya et Seagate. Bain Capital versera dans la corbeille 212 milliards de yens, SK Hynix apportera 395 milliards, et les quatre groupes Apple, Dell, Kingston et Seagate un total de 415,5 milliards. Toshiba réinvestira 350,5 milliards dans la nouvelle entité et ses principales banques fourniront 600 milliards.

Pour éviter les fuites technologiques auprès d’un concurrent asiatique (un fait redouté par le gouvernement japonais), Toshiba a promis un « pare-feu restreignant l’accès de SK Hynix à des données confidentielles pendant au moins 10 ans » et le maintien d’une majorité des parts dans des mains japonaises.

Recours 

Cette annonce conclut donc une bataille acharnée puisque l’américain Western Digital, partenaire de Toshiba, a longtemps tenu la corde. Pas plus tard que le 20 septembre, alors que l’on croyait l’affaire en bonne voie d’aboutir entre Toshiba et Bain Capital, Western Digital acceptait de faire des concessions en renonçant à exercer un contrôle sur la future entité. Rappelons que sa filiale SanDisk a investi des milliards de yens au côté de Toshiba dans l’activité de puces-mémoires depuis 17 ans.

Western Digital a donc déposé plusieurs recours auprès de la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale pour tenter de bloquer la vente. Mais Toshiba devait trancher afin de boucler la cession avant l’échéance du 31 mars 2018. A cette date, la compagnie doit avoir encaissé l’argent pour prouver qu’elle est redevenue solvable, sans quoi son action sera automatiquement radiée de la Bourse de Tokyo.

A l’heure actuelle, l’entité Toshiba Memory, est le deuxième plus gros producteur mondial de mémoires NAND, derrière le leader du marché Samsung Electronics.

ZDNet