RSE : c’est toujours pas ça assure une nouvelle étude

58% des grandes entreprises françaises sont équipées d’un réseau social d’entreprise note une étude de l’école IGS-RH, et 26 % « envisagent de s’en doter rapidement ». 40 % des organisations (toute taille confondue) possèdent un RSE, 80 % chez les entreprises du CAC 40. Sauf que les managers ne sont que 25 % à les utiliser effectivement. « Ce taux chute encore chez les collaborateurs de moindre niveau hiérarchique » assure l’étude.

 

« La structure virtuelle des réseaux sociaux d’entreprise est quasiment identique à celle de l’organisation hiérarchique : les managers créent des groupes dont sont membres, majoritairement, leurs équipes » assure l’étude. Conséquence : au lieu de provoquer des connexions entre individus d’équipes variées, les réseaux sociaux d’entreprise se superposent aux canaux hiérarchiques existants. D’où une vraie difficulté à y voir la moindre innovation.

En question, le grand sujet de la loyauté entre managers et collaborateurs. Si un employé entre dans le groupe de discussion d’une autre entité, même s’il a la compétence désirée par ce groupe, la réaction de son manager peut être imprévisible. Bref, le collaboratif s’améliore peut-être, mais toujours entre structures hiérarchiques.

Le coût moyen est de 5 € par salarié et par mois

Ces comportements en ligne avec l’organisation hiérarchique, si ils sont compréhensibles, sont pourtant à travailler dans une logique de transformation du travail avec les outils numériques. « Un objectif prioritaire et consensuel entre DRH et DG » assure l’étude pour « renouveler la performance et l’engagement des salariés », surtout dans les grandes entreprises.

Le coût moyen est de 5 € par salarié et par mois. « Le retour sur investissement de ces outils semble encore modeste » euphémise l’auteur de l’étude.

Côté DRH, la mise en place d’un RSE en entreprise doit permettre de transformer les comportements (46 % des répondants), s’adapter aux obligations légales (37 %), pemettre la dématérialisation des process RH (34 %).

« L’appropriation des réseaux sociaux d’entreprise serait donc déterminée par la facilité d’utilisation et l’utilité perçue (lire Etude : l’ergonomie des RSE enfin évaluée). Mais dans les faits, la facilité d’utilisation est sans influence » assure l’étude. « Le design et la conception des outils digitaux permettent une utilisation immédiate, sans formation ni coût d’entrée. L’utilité perçue, elle, détermine 20 % de la variance des usages ».

ZDNet