Pourquoi l’avenir du cloud se situe à la périphérie du réseau

Le cloud est désormais fermement établi comme pilier de la fourniture de technologies aux entreprises. Une étude de CBSi suggère que près de deux tiers (62 %) des décideurs informatiques prévoient d’augmenter leur investissement dans le cloud computing public jusqu’à la fin de l’année.

https://i0.wp.com/www.extein.fr/wp-content/uploads/2017/10/pourquoi-lavenir-du-cloud-se-situe-a-la-peripherie-du-reseau-1.jpg?w=720

Les entreprises s’appuient sur le cloud computing pour toutes sortes d’activités. Presque trois quarts (73 %) des DSI prévoient d’augmenter leurs capacités de calcul dans le cloud public pour répondre aux nouveaux impératifs de traitement, d’après CBSi. 73 % également des utilisateurs du big data prévoient des hausses de leurs dépenses dans le cloud computing public cette année.

Le cloud aide donc les responsables informatiques à faire face au besoin insatiable d’informatique décisionnelle de l’entreprise. L’informatique à la demande est utilisée pour mener à bien les initiatives de traitement analytique qui aident les entreprises à transformer les informations en connaissances. Ces connaissances sont utilisées pour créer des services et des produits qui répondent mieux aux impératifs des clients.

La valeur créée par l’IoT pourrait atteindre 15 milliards de dollars d’ici 2030

Pourtant, cette demande phénoménale en puissance de traitement dans le cloud n’est que le point de départ d’une transition beaucoup plus ambitieuse qui devrait se produire à travers l’internet des objets. Les experts s’accordent à dire qu’un nombre considérable d’appareils se connecteront au réseau dans les années à venir. Le cabinet d’études IDC prévoit que les dépenses dans l’internet des objets s’élèveront à 7,1 milliards de dollars jusqu’en 2020. Le cabinet de conseil Accenture suggère quant à lui que, d’ici 2030, la valeur mondiale créée par l’internet des objets pourrait atteindre pas moins de 15 milliards de dollars.

Ces appareils nécessiteront une puissance de traitement phénoménale, bien plus que les niveaux consommés par les besoins informatiques actuels des entreprises. Les estimations suggèrent qu’une voiture autonome, par exemple, nécessiterait jusqu’à 200 processeurs. La gestion de ces impératifs ne sera pas facile. Même si le cloud fournit des ressources évolutives, il ne procure pas une puissance illimitée.

Une aide précieuse vient de la périphérie d’internet. A ces endroits, le plus possible de données comportant une contrainte de temps de traitement devront être calculées par des appareils. Au lieu d’attendre que les informations soient envoyées et traitées dans le cloud, les données en temps réel (telles que celles nécessaires aux mécanismes de contrôle d’une voiture autonome) devront être traitées à la périphérie, ce qui diminuera la pression sur les infrastructures d’informatiques à la demande.

Hybridation entre edge computing et cloud computing

Comment la périphérie de réseau se développera-t-elle et comment les DSI peuvent-ils tirer profit de ces développements ? Tous les grands fournisseurs travaillent sur l’informatique en périphérie (edge computing ou encore fog computing) pour aider les entreprises à traiter les nouvelles demandes. Les machines intelligentes commenceront à gérer leur propre traitement et leur propre stockage, tandis que seules les informations les plus importantes seront envoyées et analysées dans le cloud.

Plus important encore, la périphérie et le cloud fonctionneront en harmonie. Alors que le cloud computing public traitera bon nombre de vos impératifs d’entreprise au quotidien, les services informatiques en périphérie se chargeront quant à eux des tâches spécialisées. Votre entreprise devrait pouvoir bénéficier d’un nouveau modèle hybride, qui exploite l’informatique en périphérie pour le traitement en temps réel et le cloud computing pour les impératifs de traitement des données moins urgentes.

Au lieu de remplacer les systèmes à la demande actuels, l’informatique en périphérie permettra aux décideurs informatiques de tirer le meilleur parti des quantités astronomiques d’informations générées dans une ère connectée. Avec les forces combinées du cloud computing et de l’informatique en périphérie, nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle ère stratégique d’informatique à la demande.

ZDNet