Pour Google, « Android Wear n’est pas un passe-temps »

Même si vous adhérez aux déclarations de Tim Cook, qui assure qu’Apple n’a pu produire assez de montres pour répondre à la demande, le fait est que les industriels ne sont pas parvenus à populariser les montres connectées.

Mais Google ne jette pas l’éponge.

Après un contretemps de plusieurs mois, Google a finalisé mercredi 8 février la première mise à jour majeure d’Android Wear, sa plateforme logicielle pour objets connectés de type wearable. Parmi les nouvelles fonctionnalités, une meilleure compatibilité avec l’iPhone, une interface de messagerie permettant de répondre rapidement grâce à des réponses automatiques, et la possibilité de passer des appels directement depuis sa montre pour celles dotées d’une connectivité cellulaire.

Dans le cadre de ce lancement, Google s’est associé à LG pour dévoiler deux nouvelles montres connectées, les LG Watch Style et LG Watch Sport.

« Android Wear n’est pas un passe-temps pour nous » déclare David Singleton, vice-président de l’ingénierie du logiciel, lors d’une interview au sein des bureaux de Google à San Francisco. « Nous sommes engagés dans ce domaine. »

Dans le jargon de la Silicon Valley, qualifier quelque chose de « hobby », signifie essentiellement mettre en veille. Steve Jobs est ainsi célèbre pour avoir appelé l’Apple TV un hobby. Le boitier est resté dans l’ombre pendant des années avant qu’Apple ne s’engage sérieusement dans son développement.

Les géants des technologies ont cependant bien du mal à encourager les consommateurs à acquérir des montres connectées. Au 3e trimestre 2016, le marché mondial s’est effondré de moitié : 2,7 millions de montes ont été livrées durant le trimestre, contre 5,6 millions un an plus tôt (source IDC).

Retard d’Android Wear 2.0 et marché en berne

Et le retard de la mise à jour Android Wear – prévue initialement pour l’automne – a encore compliqué les choses pour Google. Les produits sous Android n’ont pu profiter de la période des fêtes de fin d’année. « Il y avait un appétit pour la nouvelle technologie, » commente l’analyste d’IDC, Ramon Llamas. « Ils ont peut-être raté une fenêtre. »

Pendant ce temps, Cook a loué les ventes de montres Apple au cours du quatrième trimestre, vantant le « meilleur trimestre » jamais réalisé par l’Apple Watch à ce jour. Sauf que personne ne peut en juger avec certitude, Apple ne communiquant pas ses chiffres de ventes.

Malgré tout, Apple domine le marché des montres connectées. Au cours des trois premiers trimestres de 2016, la part de marché d’Apple était deux fois plus importante que celle de Google. Android Wear possédait 17,8% du marché, tandis que le système d’exploitation Watch OS d’Apple détenait 38% d’après IDC.

Bien qu’il n’y ait eu aucun signe qu’Android Wear soit en danger de sortir de la liste des priorités de Google, que des dirigeants réaffirment l’engagement de la firme n’est pas un mal.

Un « passe-temps » est une activité précaire actuellement chez Google. Différents projets ont été fermés ou réduits ces derniers mois. En 2016, Google a démantelé Project Ara, une tentative de construire des téléphones modulaires avec des pièces interchangeables s’enclenchant comme des Legos. Alphabet, la société mère de Google, a également réduit ses opérations de drone.

« Il est vraiment important que ce ne soit pas un hobby [à cause de] nos partenaires » a déclaré Singleton. « Il est important qu’ils puissent bâtir un business. »

La stratégie de Google consiste en effet à concevoir le logiciel et à confier la conception du matériel à des partenaires comme LG, Samsung, Huawei et Sony. Mettre sa marque sur des terminaux n’était pas dans les habitudes de Google, jusqu’à récemment et le lancement des smartphones Pixel – même si le terminal a été conçu par HTC.

Une montre Pixel ? C’est incertain

Après les smartphones Pixel, Google ne pourrait-il pas apposer sa marque sur des montres connectées ? Singleton répond qu’aucun projet de ce type n’est envisagé pour l’instant, ajoutant qu’il est plus important de travailler avec des partenaires et de s’assurer que les consommateurs ont beaucoup de choix quand il s’agit de différents styles de montres.

« Nous pouvons véritablement réaliser plus que n’importe quelle entreprise serait en mesure de le faire par elle-même en travaillant ensemble » commente Singleton.

Pourtant, quand on l’interroge de but en blanc sur une montre Google, il se montre timide. Tout ce qu’il dira, c’est : « Il est vraiment important de faire avancer l’écosystème. »

Il souligne cependant que la collaboration est étroite avec les partenaires constructeurs et que l’emballage d’LG et d’autres montres Android Wear portent la mention : « Conçu avec nos amis de Google ».

Llamas d’IDC juge logique pour Google de s’associer avec d’autres fabricants de matériel – ainsi que de créer sa propre montre. « Pour aider au succès d’Android Wear, nous verrons une bonne et profonde collection de partenaires, dont Google lui-même. »