Piratage : Google s’accord avec l’ALPA pour un grand ménage dans YouTube

Google montre patte blanche sur le piratage et a signé hier un accord avec l’Alpa visant à renforcer la collaboration entre les représentants des sociétés d’ayants droit et le moteur de recherche. L’accord a été signé hier au ministère de la Culture, et sera placé sous l’égide du CNC qui pourra jouer le rôle d’observateur et émettre des recommandations en cas de conflit. L’un des principaux objectifs de cet accord est de pouvoir renforcer la modération des contenus sur YouTube, plateforme de vidéo détenue par Google et qui représente un lieu de diffusion important pour les contenus vidéo, parfois au détriment des droits d’auteur des producteurs légitimes.

 

Comme le rapporte Les Échos, Google mettra ainsi à la disposition des associations d’ayant droit sont algorithme Content ID. Mis en place depuis plusieurs années sur YouTube, cet algorithme est utilisé pour automatiquement analyser les contenus mis en ligne par les utilisateurs afin de vérifier que ceux-ci ne correspondent pas à une vidéo ou bande-son protégée par le droit d’auteur.

Cet algorithme était en mesure de détecter de nombreuses œuvres et productions d’artistes américains, mais les artistes français ne profitaient pas vraiment de l’algorithme. Il sera maintenant possible pour les sociétés d’ayants droit d’ajouter leurs œuvres au sein du filtre Content ID afin de s’assurer que leurs films et productions ne sont pas mis en ligne sans leur consentement sur YouTube.

Google s’est également engagé à soutenir financièrement l’ALPA. L’accord devrait être valable pour trois ans, après quoi elle sera reconduite sauf si l’une des parties y trouve quelque chose à redire. Le Centre National du Cinéma (CNC) est à l’origine de la démarche : l’établissement public a en effet confié à l’ALPA une mission visant à lutter contre le piratage.

Plutôt que de négocier avec chacun des acteurs, l’Alpa se voit confier une mission généraliste qui consistera à coopérer avec Google dans l’intérêt des différentes associations du secteur. Un rôle de premier plan pour cette association, dirigée par Nicolas Seydoux.

Le CNC de son côté jouera le rôle de garde-fou pour le bon déroulement de l’accord : comme le rapporte NextInpact, celui-ci pourra émettre un avis en cas de conflit entre Google et l’Alpa.

ZDNet