Nouvelle tournée pour Ubuntu : la version 17.10 change tout

Prêt pour un nouveau bureau Ubuntu ? Alors téléchargez Ubuntu 17.10 aujourd’hui. Canonical a abandonné son interface Unity en faveur du nouveau bureau GNOME 3.26, et a remplacé son serveur d’affichage Mir par Wayland.

 

Cela peut sembler un changement radical, mais si vous regardez de près le nouveau bureau d’Ubuntu 17.10, son petit nom est Artful Aardvark, il vous semblera familier. C’est parce que bien que les technologies sous-jacentes aient changé, les développeurs d’Ubuntu ont personnalisé le bureau GNOME par défaut pour qu’il ressemble à Unity.

Dans le même temps, il y a un changement fondamental. Canonical ne travaille plus à être un leader des distributions Linux pour ordinateur. L’entreprise partage le travail d’autres fournisseurs de bureau Linux. Les développeurs de la société se concentrent beaucoup plus sur le cloud, les conteneurs et l’Internet des objets (IoT).

Le choix du bureau

Si la nouvelle interface GNOME qui ressemble à Unity n’est pas à votre goût, vous pouvez également utiliser Ubuntu 17.10 avec le bureau KDE : c’est Kubuntu 17.10 ; MATE avec Ubuntu MATE ; ou Budgie avec Ubuntu Budgie. Si vous êtes un utilisateur Linux expérimenté, vous connaissez déjà les deux premiers. Budgie, cependant, est plus récent. Il est basé sur GNOME, mais il a été adapté par les développeurs de Solus Linux pour être extrêmement facile à utiliser.

Si vous effectuez une mise à niveau à partir d’Ubuntu 17.04 ou d’Ubuntu 16.04, vous n’avez pas à abandonner Unity. Lorsque vous démarrez GNOME après la mise à niveau, Unity est toujours là et prêt à fonctionner à la fin du processus de mise à jour … mais Ubuntu 17.10 ne supprimera pas Unity. Donc, si vous préférez continuer à utiliser l’environnement Unity, vous le pouvez.

En ce qui concerne les applications, Canonical a mené une enquête auprès des utilisateurs et bien qu’il n’y aura pas toutes les version EMACS d’Ubuntu, d’autres modifications ont été apportées ou d’anciennes décisions ont été renforcées. Par exemple, Firefox 56 restera le navigateur Web par défaut d’Ubuntu; Thunderbird 52, le client de messagerie; et LibreOffice 5.4.1, la suite bureautique.  En outre, alors que les utilisateurs d’Ubuntu aiment toujours gedit pour éditer du texte, Ubuntu prend également en charge l’éditeur Atom et Microsoft Visual Studio Code pour éditer du code.

Des Snaps dans Ubuntu

Sous le capot, Ubuntu 17.10 est livré avec le noyau Linux 4.13. Cela permet d’obtenir les derniers matériels et périphériques d’ARM, IBM, Dell, Intel et autres. Ce noyau ajoute la prise en charge des disques durs chiffrés par OPAL ainsi que de nombreuses améliorations d’E/S sur disque.

Ce nouveau bureau déprécie également la version 32 bits. Vous ne pouvez plus télécharger les ISO 32 bits. Vous pouvez toutefois mettre à niveau votre version 32 bits existante. Vous pouvez également utiliser Netinst, l’image MinimalCD ou Ubuntu Server 17.10 pour obtenir une version 32 bits du système d’exploitation.

Canonical progresse également avec des Snaps pour l’installation et les mises à jour des applications. Les snaps sont un mécanisme de livraison et de mise à jour unique pour une application sur plusieurs versions et architectures Linux. Ils améliorent la sécurité en limitant l’application à son propre ensemble de données.

Ubuntu 17.10 propose des snaps de plate-forme pour GNOME et KDE, qui permettent aux développeurs de créer et de distribuer des snapshots plus petits avec des bibliothèques communes partagées. Les mises à jour Delta garantissent déjà que les mises à jour instantanées sont généralement plus rapides, utilisent moins de bande passante et sont plus fiables que les mises à jour des paquets DEB traditionnels dans Ubuntu. DEB, néanmoins, continue à être pris en charge, Il y a maintenant plus de 2.000 Snaps pour Ubuntu et d’autres distributions Linux.

Cloud et conteneurs à l’honneur

Côté réseaux, il est plus facile que jamais de se connecter à des points d’accès Wi-Fi publics avec un meilleur support pour les portails captifs. Ubuntu 17.10 prend également en charge l’impression sans pilote avec IPP Everywhere, Apple AirPrint, Mopria et Wi-Fi Direct. Artful Aardvark permet également une commutation simple entre les périphériques audio intégrés et Bluetooth.

La configuration réseau a également été simplifiée. Elle utilise maintenant netplan comme back-end. Il s’agit d’une abstraction de configuration réseau YAML pour divers back-ends. Il est rétrocompatible, vous pourrez donc toujours gérer votre réseau avec des outils tels que NetworkManager, tout en bénéficiant d’une vue d’ensemble simple du système depuis un seul endroit. Les nouvelles installations Ubuntu 17.10 utilisent Netplan pour piloter systemd-networkd et NetworkManager.

Si de nombreuses personnes seront enthousiasmées par le nouveau bureau d’Ubuntu 17.10, la prochaine version, Ubuntu 18.04, concerne les utilisateurs de Cloud, de container et d’Internet of Things (IoT). Mais des fonctionnalités sont déjà présentes dans cette nouvelle version.

Pour les utilisateurs de cloud ​​et de conteneurs, 17.10 supporte Kubernetes 1.8 pour les opérations de conteneurs hyper-élastiques et des images de base minimales pour les conteneurs. La distribution de Kubernetes (CDK) de Canonical prend également en charge l’intégration du cloud Amazon Web Services (AWS), le déploiement et les opérations natives sur VMWare, Canal en tant que choix de réseau supplémentaire et la prise en charge du mainframe IBM zSeries.

Mettez tout cela ensemble et ce que vous obtenez est un Ubuntu qui s’appuie désormais plus que jamais sur le travail d’autres distributeurs Linux au lieu d’essayer de définir sa propre trajectoire. Simultanément, Canonical concentre clairement son attention sur le cloud, les conteneurs et l’IoT. Dans le passé, Ubuntu était le bureau Linux. Dans le futur, Ubuntu veut être le Linux de l’entreprise basée sur le cloud.

Voir aussi notre page
Chiffres clés : parts de marché des OS sur PC

ZDNet