Microsoft Ignite: l’informatique quantique revient sur le tapis

C’est un serpent de mer de l’informatique. L’informatique quantique est un sujet de recherche agité tant par IBM, la CIA ou encore Microsoft depuis de nombreuses années.

 

Et voici que l’entreprise de Redmond remet le sujet sur la table à l’occasion de la son évènement Ignite, qui se tient cette semaine à Orlando. C’est même un retour en grâce. Car le sujet a été évoqué par Satya Nadella himself parmi les sujets chauds sur lesquels travaille Microsoft, avec la réalité mixte ou encore l’intelligence artificielle bien sûr.

L’informatique quantique à même été l’objet d’une table ronde, pour évoquer le rôle de Microsoft afin de mettre sur pied un nouveau langage de programmation dédié à ce type de technologie, et intégré à Visual Studio. Et un simulateur Qubit tournant sur Azure et en local est annoncé pour plus tard cette année. La version locale offrira jusqu’à 32 qubits, mais pour ce faire, il faudra 32 Go de RAM. Chaque qubit supplémentaire double la quantité de mémoire requise. La version Azure atteindra jusqu’à 40 qubits.

« Modeler la nature »

Deux outils qui doivent permettre aux développeurs de coder et de débugger des logiciels embarquant des algorithmes quantiques. Certes, Microsoft ne propose pas encore d’ordinateur quantique, mais assure s’approcher de ce jour avec ces deux produits.

L’informatique quantique utilise des fonctionnalités quantiques telles que la superposition et l’enchevêtrement pour effectuer des calculs. Alors que les ordinateurs traditionnels fonctionnent avec des bits, chaque bit représentant un 1 ou un 0, les ordinateurs quantiques utilisent des qubits (bits quantiques). Les Qubits représentent, en quelque sorte, à la fois les un et les zéro simultanément. Cette capacité des qubits à représenter plusieurs valeurs donne aux ordinateurs quantiques une puissance de calcul supérieure à celle des ordinateurs traditionnels.

« Un ordinateur quantique est capable de modeler la nature » mentionne Krysta Svore, qui a dirigé le développement du logiciel Microsoft conçu pour fonctionner sur les ordinateurs quantiques, ainsi que les simulateurs quantiques. « Avec les ordinateurs classiques, nous ne sommes pas en mesure de vraiment comprendre ces processus ».

Une des premières utilisations de cette technologie, selon Microsoft, sera l’accélération du processus d’entraînement des algorithmes d’Intelligence Artificielle pour effectuer du machine learning. De quoi améliorer par exemple Cortana 30 fois plus vite, affirme la société.

ZDNet