Les PC mobiles Windows 10 sur Snapdragon, c’est pour bientôt

 

Microsoft l’a révélé : il entre désormais dans les dernières étapes de test des PC mobiles en cours de développement avec Qualcomm. Les deux sociétés sont d’ores et déjà en discussion avec les opérateurs mobiles dans le cadre de la « seconde moitié du processus de développement ». L’objectif : arrêter le mode de vente et de fourniture de la connectivité pour les PC sous Windows 10 Snapdragon.

« Les mondes du PC et de la téléphonie ont évolué en quelque sorte dans des univers parallèles pendant quelques décennies … Qui mieux que Microsoft et Qualcomm peuvent réunir ces mondes ? » a déclaré Pete Bernard, responsable du programme groupe pour Windows chez Microsoft, lors du sommet Qualcomm 4G/5G à Hong Kong.

Les opérateurs ralliés sur l’eSIM

« Nous avons travaillé avec acharnement à Redmond et avec nos partenaires à San Diego sur ce sujet. Nous utilisons des centaines de ces terminaux quotidiennement … nous sommes très avancés dans le processus de développement. »

C’est une opportunité de rendre l’expérience PC encore plus mobile selon Cristiano Amon, vice-président exécutif de Qualcomm, qui parle de « l’un des projets les plus excitants » pour le géant des puces. Le grand défi à présent est celui des circuits de vente.

« Nous nous sommes engagés avec de nombreux opérateurs mobiles … nous discutons non seulement stratégiquement, mais aussi tactiquement, de la manière d’entrer sur le marché et d’aller jusqu’aux consommateurs » a-t-il expliqué.

Directeur des services technologiques pour les opérateurs britanniques BT et EE Tom Bennett en convient, estimant que les opérateurs doivent travailler aux côtés des sociétés technologiques pour concevoir une stratégie de mise sur le marché et de connectivité.

« Le rapprochement de ces deux univers parallèles fait que l’éducation dans les canaux indirects sera un défi pour nous en tant qu’écosystème … cela va désormais au-delà de la technologie dans l’exécution sur le marché » a avancé Bennett lors du sommet.

La vision de Microsoft des PC toujours connectés via l’intégration d’une carte SIM embarquée (eSIM) permettrait une activation simple du terminal, a précisé Bernard. Cependant, comme l’a souligné Bennett, cela nécessite un changement fondamental dans les réseaux des opérateurs.

« L’eSIM est un changement fondamental dans la manière dont les opérateurs gèrent leurs stacks de fourniture, il a donc fallu trois ans pour faire en sorte que nos piles soient en état de nous permettre de fournir des eSIM en direct » a expliqué Bennett.

Des PC 4G avec une très grande autonomie

Outre l’intégration de l’eSIM et la connectivité permanente, les efforts déployés par Qualcomm pour assurer une autonomie des batteries des ordinateurs connectés d’une journée sont également couronnés de succès, soulignent les partenaires.

« L’une des anecdotes amusantes est que nous avons distribué ces appareils à tous nos directeurs et responsables de dev au sein de la division Windows et nous avons commencé à recevoir tous ces rapports de bugs … disant que le compteur de batterie ne fonctionnait pas, annonçant constamment une charge complète » a-t-il relaté.

« Il s’est avéré que ce n’était pas un bug, mais une grande autonomie. Et donc les gens s’habituent à ce concept d’un terminal que vous n’avez pas à recharger. Et en même temps, ils prennent l’habitude du principe d’une connexion permanente et d’une connectivité 4G intégrée. Cela commence vraiment à résonner même parmi nos propres développeurs. »

Pour ce qui est de l’étendue de la gamme de PC Qualcomm-Windows, Bernard a déclaré à ZDNet qu’il y a de la place pour une croissance future, avec des OEM qui manifestent un grand intérêt pour le développement de produits supplémentaires.

« Au fil du temps, il y aura un portefeuille de terminaux de différentes sociétés. Je pense qu’il y a l’opportunité avec Qualcomm de disposer d’une gamme de formats, de prix, de couleurs, etc. » a assuré le dirigeant à ZDNet.

« Nous avons eu de très bonnes discussions avec d’autres équipementiers pour de futurs terminaux et nous sommes très enthousiastes à l’idée d’apporter leur propre touche à la technologie. Notre objectif est donc de permettre aux fabricants de construire différents types de terminaux à différents prix.

« Je pense qu’avec le temps, nous y arriverons. Mais pour le moment, nous avons ces partenariats centraux que nous devons faire vivre et réussir, ce qui nous permettra ensuite d’élargir l’écosystème. »

La solution pour faire entrer le PC dans le 21e siècle ?

Microsoft avait annoncé en décembre 2016 que Windows 10 serait porté sur les processeurs ARM de Qualcomm afin de faire entrer les PC dans le 21ème siècle, en mettant l’accent sur l’efficacité énergétique, la connectivité cellulaire et la technologie eSIM.

À l’époque, Microsoft déclarait qu’il offrirait « Windows 10 sur Qualcomm aux équipementiers dans une variété de catégories, y compris des catégories de 6, 10 et 14 pouces. »

En mai, Qualcomm annonçait travailler avec les constructeurs Asus, Lenovo et HP sur la construction d’une gamme de PC portables basés sur les plateformes Snapdragon 835, y compris le nouveau modem X16 LTE.

Le PDG d’Asus, Jerry Shen, a déclaré mardi que sa société était « passionnée » par une telle innovation, affirmant qu’offrir un PC Windows 10 Snapdragon apporterait des revenus supplémentaires aux opérateurs.

« L’informatique est devenue une véritable expérience mobile. Qualcomm et Asus se sont engagés à perfectionner l’expérience mobile grand public. Un PC mobile connecté est donc le prolongement naturel de notre collaboration » a commenté le patron d’Asus lors du sommet 4G/5G .

« Nous attendons avec impatience que les opérateurs offrent des mises à niveau plus flexibles dans cette catégorie pour offrir des expériences utilisateur … Une connectivité hyper-rapide renforcera la fidélité de la clientèle en permettant à plus de terminaux à se connecter à vos réseaux. »

Qualcomm a déclaré que le calendrier pour la disponibilité des PC se situe toujours aux alentours d’un an après l’annonce initiale.

Voir aussi notre page
Chiffres clés : parts de marché des OS sur PC

ZDNet