La Société Générale passe les conteneurs en production

Qui a dit que la banque hésitait à embrasser les nouvelles technologies ? L’intégration de Docker EE (Enterprise Edition) au système d’information de la Société Générale est un des exemples de la fringale de nouveauté qui agite le secteur.

 

La DSI de la banque s’appuie depuis maintenant 15 mois sur Docker Enterprise Edition comme plate-forme d’application. Le résultat d’un projet lancé il y a quelques années dont l’objectif était d’utiliser 80% de ses applications dans le cloud d’ici 2020. Compliqué car la Société Générale utilise des applications « legacy », du SOA (Architecture Orientée Services), des applications distribuées et des API REST.

L’un des principaux objectifs était de fournir une nouvelle plate-forme d’application pour améliorer le cycle de mise sur le marché des applications tout en réduisant les coûts. Autre besoin exprimé : pouvoir basculer les applications hébergées dans leur cloud privé sur des instances de cloud public comme Azure et AWS.

10 applications en production sur Docker EE

Les responsables du projet Docker EE ont commencé par dénombrer les piles technologiques et d’applications existantes utilisées, et ont intégré Docker EE à leurs outils de pipeline dont Jenkins, Github et Nexus. Puis, il y a 9 mois, la Société Générale a commencé à migrer des applications vers la nouvelle plate-forme. « Docker EE a été intégré au stockage NetApp existant à l’aide les nouveaux plug-ins de volume afin de prendre en charge ces applications dynamiques, principalement héritées » mentionne Docker dans un billet de blog. L’équipe a ensuite ajouté des solutions de suivi de logging et de surveillance pour voir ce qui se passait à l’intérieur des conteneurs, et ce sous la forme d’un seul tableau de bord.

15 mois après le début de ce projet, l’équipe note la présence de 10 applications en cours de production sur la plate-forme Docker EE et 50 autres en cours de développement. Les deux responsables du projet en interne, Stephan Dechoux, architecte DevOps, et Thomas Boussardon, spécialiste Middleware, notent que les applications existantes sont désormais plus faciles à mettre à jour et à maintenir. 400 développeurs travaillent à présent sur la plate-forme, et de nombreuses équipes de développeurs souhaitent à présent se pencher sur cette technologie.

Stephan Dechoux note que le succès du projet repose sur la priorisation des points d’intégration à la plate-forme et à la sélection initiale des applications clés. L’équipe projet se penche désormais sur l’avantage de davantage de microservices et à l’extension de la plate-forme pour prendre en charge de nouvelles applications cloud-natives.

En 2015, la banque d’investissement de la Société Générale avait lancé un prototype autour de Docker pour évaluer l’intérêt des conteneurs dans une logique de continuous delivery. Une démarche qui s’appuyait alors sur le Cloud privé de la banque.

ZDNet