iPhone X : Eldim, le français derrière FaceID

Des entreprises françaises bien planquées dans les technologies de nos smartphones, il y en a quelques unes. STMicroelectronics fournit ainsi de nombreux capteurs aux géants du mobile mais depuis hier, c’est une société normande qui fait parler d’elle : Eldim.

 

Cette entreprise de 42 personnes spécialisée dans les techniques et équipements de mesures de la colorimétrie et de la luminance en angle de vue est passée sous le feu des projecteurs depuis la visite de son illustre client : Tim Cook, patron d’Apple.

On a ainsi appris lors de cette visite qu’Eldim a développé une des technologies utilisée FaceID, le nouveau système de reconnaissance faciale de l’iPhone X, une des innovations majeures du smartphone. Cité parOuest-France, le patron d’Eldim, Thierry Leroux, souligne que cette collaboration est « une incroyable aventure, un challenge technologique qui a demandé beaucoup de travail. Pour nous c’était un peu comme envoyer quelqu’un sur la lune ». Tim Cook n’est pas en reste : « bravo, c’est génial ce que vous avez fait pour nous ! »

Mais pour en savoir plus, il faudra repasser. Eldim a très bien saisi les contraintes imposées par Apple en matière de communication : « la communication est faite par le client en exclusivité » explique l’entreprise qui ne peut mettre en avant les résultats de sa recherche et développement et son apport concret dans FaceID.

Il faut néanmoins savoir qu’Apple n’est pas le premier à proposer la reconnaissance faciale, mais le constructeur promet d’être parvenu à pallier les défauts inhérents à ce système. FaceID est rendue possible grâce au nouveau processeur conçu par les ingénieurs de la firme de Cupertino, qui embarque selon Apple un « moteur neuronal » utilisé pour réaliser les calculs nécessaires à la reconnaissance faciale.

Cette dernière est basée sur une cartographie du visage via la projection de 30.000 points invisibles sur le visage . C’est sûrement à ce niveau que l’expertise d’Eldim a été la plus précieuse. Apple promet avoir travaillé dur pour que le système soit impossible à contourner, mais on imagine que le Chaos Computer Club sera heureux de relever le défi.

Les calculs sont entièrement réalisés sur le téléphone et rien ne sort vers un serveur extérieur. Apple a l’air confiant sur la sécurité offerte par sa nouvelle fonctionnalité et annonce que le risque de faux positif ne s’élève pas à plus d’une chance sur un million. 

ZDNet