IBM prépare le grand ménage dans sa division services

IBM voudrait réaffecter plus de 30.000 employés de la division services, et accepterait d’en licencier 10.000 dans le processus. Le géant pourrait être sur le point de renouer avec la croissance de ses revenus, mais il cherche aussi à réduire ses coûts – à savoir les emplois.

 

Selon The Register, 30.000 employés de sa division Global Technology Services, qui propose du conseil en infrastructure, seraient déplacés à d’autres postes au sein de l’entreprise. Cela représente environ 30 % des effectifs de GTS. 10.000 de ses emplois se situent aux Etats-Unis. Les réaffectations de personnel devrait être effectuée en 2018. Elle pourrait entraîner une perte nette de poste de 10.000 emplois, par « attrition », sans plan de remplacement pour remplacer les employés sur le départ.

Mais ce chiffre pourrait augmenter car le document publié par The Register mentionne que 5 000 employés n’ont pas encore été affectés à de nouveaux postes. Ce qui signifie qu’ils pourraient être mis à pied. Et parmi ceux qui ont été réaffectés, certains peuvent seulement être déplacés vers des postes « à court terme ».

Vers le cloud à toute vitesse

la raison stratégique de cette restructuration est à chercher dans le mouvement de pivot qu’opère aujourd’hui IBM vers le cloud computing. Si l’activité de service d’IBM est rémunératrice pour IBM, elle permet de réaliser moins de marge que les activités de cloud. La restructuration de l’activité service ne signifie cependant pas la fin de cette activité chez Big Blue. L’entreprise prévoit de garder 20 % du personnel de GTS aux Etats-Unis, 20 % en near-shore et 60 % en offshore. L’entreprise emploierait 130.000 personnes en Inde.

IBM connaît son 22ème trimestre consécutif de baisse de ses bénéfices, malgré un mieux constaté sur le dernier trimestre. La société doit publier ses résultats du quatrième trimestre le 18 janvier, date à laquelle elle pourrait également exposer ses plans de licenciement.

ZDNet