Gueule de bois mortelle pour les licornes en 2017

 

Avis de décès pour les licornes.

C’est ce que pense Jenny Lee, associée en gestion de GGV Capital, à l’égard de certaines des startups qui ont réussi à atteindre une valeur de 1 milliard de dollars et sont connues aujourd’hui sous le nom de licornes.

« 2017 verra plusieurs licornes mourir » a déclaré mercredi 18 octobre Lee lors d’une table ronde à l’occasion de la conférence technologique du Wall Street Journal.

Des sociétés qui ne valent pas leur prix

Les discussions avec d’autres experts de l’investissement, Sam Altman, président de l’accélérateur de démarrage Y Combinator et Bill Maris, directeur du fonds de capital-risque Section 32, ont abouti à l’idée d’une maturation dans la Silicon Valley.

Altman a déclaré que la plupart des entreprises valent moins que leurs évaluations – même si ces valorisations élevées pourraient se justifier si elles permettaient l’émergence d’un autre Facebook.

Dès à présent, la naissance de nouvelles licornes s’avère moins fréquente. En 2015, l’argent du capital-risque circulait plus librement. Au cours du seul troisième trimestre de cette année, 25 entreprises avaient atteint une valeur d’un milliard de dollars.

Depuis lors, la prudence s’est imposée comme la règle dans la Silicon Valley. Un an plus tard, en octobre 2016, le financement du capital-risque a atteint son niveau le plus bas des deux dernières années.

Le seul avantage : la mort de licornes pourrait démentir l’hypothèse d’une bulle spéculative dans le secteur technologique, a suggéré Altman.

Lee pense que la consolidation des services sera en partie responsable de la disparition de licornes.

« Celles qui survivront, je pense, seront des pépites » juge-t-elle.

ZDNet