Dernière cible de l’internet des objets : un bâtonnet en bois

Cette année, la cérémonie de remise de prix des Edison Awards, qui s’est tenue à New York, a récompensé l’innovation dans 15 catégories. Les lauréats allaient de géants de l’industrie tels que Caterpillar à des fabricants de cosmétiques. NuSkin s’est ainsi distingué avec un distributeur de crèmes hydratantes personnalisées et la startup PicoBrew avec une machine à brasser de la bière. Ces appareils domestiques ne sont pas sans rappeler le concept des cafetières à dosettes.

 

Throat Scope est un abaisse-langue muni d’une lumière.

L’un des produits les moins technologiques, n’incluant qu’un minimum d’électronique, est baptisé Throat Scope. Il s’agit d’un abaisse-langue avec lumière intégrée censé rivaliser avec le bâtonnet en bois indissociable du fameux « Faites haaaa ! ». Développé par une mère australienne qui a remarqué à quel point les médecins avaient du mal à examiner l’intérieur de la bouche des enfants en tenant à la fois l’abaisse-langue et une lampe tout en maintenant leurs mâchoires ouvertes, le Throat Scope éclaire la bouche des patients sans nécessiter une source de lumière distincte. Outre le marché des médecins qui n’ont que deux mains, Holland Healthcare, fabricant de Throat Scope, espère conquérir le marché grand public en enseignant aux utilisateurs les différents signes précurseurs de maladies telles que l’angine et les aphtes.

Application dédiée

Composé d’une base éclairée par LED et d’un système de « lames » plates transparentes et jetables (à l’instar des rasoirs avec leur modèle de revenus récurrents), le Throat Scope est plutôt high-tech par rapport à son équivalent en bois. Son illumination de la dentition n’inclut toutefois ni Bluetooth ni autre connectivité. Néanmoins, Throat Scope possède déjà une application dédiée qui pourrait être utilisée pour le crowdsourcing d’informations sur l’état de la santé buccale. En effet, ce ne serait pas bien compliqué pour le Throat Scope de passer de l’inclusion d’une lumière à celle d’une caméra. Il pourrait même y avoir des opportunités qu’il se distingue avec une imagerie à 360 degrés ou en grand angle. Holland Healthcare s’est montré pointilleux sur les composants, allant à un moment jusqu’à retarder pendant des mois les expéditions vers une grande chaîne de pharmacies américaine, parce qu’un fournisseur avait remplacé l’éclairage LED.

Ce système pourrait être très pertinent pour les cas où il existe déjà des signes de problèmes buccaux. En revanche, ses développeurs auront probablement plus de mal à préconiser des contrôles plus réguliers à la maison. Une telle quête n’est pas sans rappeler une initiative similaire par le fabricant de tensiomètres Qardio : celui-ci soutient qu’un contrôle régulier de la pression artérielle peut être utile, même chez les personnes n’ayant pas reçu un diagnostic d’hypertension. De même, au moins un développeur de lecteur de glycémie en continu préconise le contrôle régulier de la glycémie chez les personnes non diagnostiquées comme diabétiques ou à risque.

Renforcer la justification d’une brosse à dents connectée

L’utilisation du Throat Scope implique bien moins de complications que le contrôle glycémique. Néanmoins, l’ajout d’une fonctionnalité de vérification buccale dans une sorte de brosse à dents pour un contrôle avant brossage pourrait faciliter son intégration à la routine quotidienne, ainsi que renforcer la justification d’une brosse à dents connectée.

Toutes ces possibilités sont encore très lointaines pour ce qui n’est aujourd’hui qu’une simple alternative à un bâtonnet en bois. Pour autant, le succès de Throat Scope jusqu’alors montre que même un minimum d’électronique, un modèle économique solide et une proposition de valeur simple peuvent convaincre une base d’utilisateurs professionnels de changer leurs habitudes avec un outil qui était littéralement jetable.

ZDNet