Cyberattaque : Hollande veut des « mesures spécifiques » pour protéger l’élection

L’exemple américain ne laisse personne indifférent et à l’approche de l’élection présidentielle, François Hollande veut prendre les devants afin d’empêcher qu’un scénario similaire ne se reproduise en France. Le président de la République a expliqué aujourd’hui en Conseil des ministres qu’il souhaitait que des « mesures spécifiques de vigilance et de protection » soient prises en vue de l’élection présidentielle à venir, « y compris dans le domaine cyber. » Ces différentes mesures devront être présentées lors du prochain Conseil des ministres, mercredi prochain.

 

L’annonce intervient dans un contexte bien particulier : en début de semaine, le mouvement du candidat Emmanuel Macron a en effet publié une tribune dans le journal le Monde alertant sur des attaques provenant de Russie. Le secrétaire général du mouvement Richard Ferrand dénonce le fait que le site du mouvement est victime de nombreuses attaques, attribuées à des cyberattaquants provenant d’Europe de l’Est et notamment d’Ukraine. Il dénonce également l’attitude de Wikileaks, qui affirme détenir des informations confidentielles sur Emmanuel Macron, ainsi que les médias russes tels que RT ou Sputnik qui dénigrent selon lui le candidat.

Un mélange de cyberattaques et de désinformation qui ne surprend plus grand monde depuis les présidentielles américaines, qui ont été émaillées d’incidents de ce type. Ces attaques « hybrides » semblent aujourd’hui porter la marque de fabrique de la Russie, mais le pays nie toute implication. Lors du FIC, qui avait lieu à Lille en janvier, le commissaire européen à la sécurité, Sir Julian King, avait appelé à la prudence à l’égard de ce type d’attaque, dont l’objectif est généralement de manipuler l’opinion publique.