Banques sans frontières : les e-résidents d’Estonie peuvent ouvrir des comptes depuis l’étranger

L’Estonie a fait les gros titres avec son initiative d’e-résidence, qui permet à quiconque de devenir citoyen virtuel de sa « nation numérique » et de créer une entreprise inscrite dans l’Union européenne. Ces entreprises peuvent désormais également ouvrir des comptes bancaires sans même avoir une présence dans le pays balte.

 

Dans le cadre de ce nouveau programme, les e-résidents estoniens peuvent ouvrir des comptes courants professionnels en ligne depuis n’importe où sans se rendre dans une agence. Image : Holvi

« L’amélioration de l’accès aux services bancaires a été une grande priorité du programme d’e-résidence pendant la phase bêta de son développement », indique à ZDNet Kaspar Korjus, directeur du programme d’e-résidence de l’Estonie. « Un important travail a été mené pour s’assurer que cette nouvelle option est appropriée aux e-résidents et respecte intégralement les réglementations pour les entreprises estoniennes. »

Les avantages de l’e-résidence incluent un accès total aux services publics numériques de l’Estonie et le droit de créer et d’exploiter une entreprise de l’UE à distance. En revanche, l’ouverture d’un compte bancaire nécessitait jusqu’alors une visite physique. Cette étape supplémentaire est désormais éliminée grâce à une collaboration avec Holvi, entreprise finlandaise de technologies financières, qui permet aux e-résidents d’établir des comptes courants professionnels en ligne depuis quasiment n’importe où. Des exceptions concernent toutefois les États-Unis et les pays figurant sur la liste noire du Groupe d’action financière (GAFI).

Service bancaire intelligent pour les petits entrepreneurs

Holvi s’est faite connaître en proposant un service bancaire intelligent pour les petits entrepreneurs, intégrant des services bancaires numériques, la comptabilité et la facturation. Le programme pour les e-résidents inclut un numéro de compte bancaire international (IBAN) de l’UE et une carte MasterCard d’entreprise. « C’est un nouveau segment de marché pour nous et il a nécessité un certain investissement dans la technologie et le support », reconnaît Antti-Jussi Suominen, PDG de Holvi. « Le jeu de fonctionnalités de base de notre service est [toutefois] le même. »

Des offres similaires pourraient être bientôt disponibles auprès de banques traditionnelles également, du fait que le parlement estonien a approuvé la législation qui permet d’ouvrir des comptes bancaires à distance. Kaspar Korjus confie que les banques traditionnelles ont soutenu le programme d’e-résidence dès le début, donnant des conseils sur les changements législatifs et testant de quelle façon des entretiens vidéo pourraient remplacer la visite physique dans une agence.

« Il y a aussi beaucoup de ruptures en cours dans le secteur bancaire, alors nous nous attendons à voir émerger un large éventail d’options de la part d’entreprises spécialisées dans les technologies financières. » Depuis que le programme d’e-résidence a été lancé en 2014, plus de 20 000 personnes de 138 pays ont demandé la carte d’identité numérique et établi 1 500 nouvelles entreprises. En plus de créer des entreprises et d’ouvrir des comptes bancaires, les e-résidents peuvent déclarer leurs impôts, signer des documents et envoyer des fichiers cryptés par voie numérique.

Posséder une entreprise internationale indépendante du lieu

Comptant tout juste 1,3 million de citoyens, l’Estonie espère atteindre 10 millions d’e-résidents d’ici 2025 grâce au programme, qui a déjà rapporté plus de 4,3 millions d’euros au pays en impôts et services. Sachant que la majorité des demandeurs citent comme principale motivation une entreprise internationale indépendante du lieu, l’attrait des entreprises sans frontières ne fait aucun doute, tant pour les entreprises que pour ce petit pays.

ZDNet